En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

lundi 23 octobre 2017
S'inscrire?

Publié le  - 31
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
médias ›12
Valls dit sa
Manuel Valls à Cachan (Val-de-Marne) le 4 mars 2015 - Photo de Thomas Samson - AFP/Archives ? 2015 AFPafp logo
Partager
Paris (AFP)

Manuel Valls, qui entend rester à Matignon quelle que soit l'issue des élections départementales fin mars, a fait part dimanche de "sa peur" face aux gros scores promis par les sondages au FN, des déclarations critiquées à droite comme à gauche.

Le Premier ministre a dit assumer le fait de recourir à la "stigmatisation" du parti de Marine Le Pen, crédité de près de 30% des intentions de vote pour le scrutin des 22 et 29 mars, et qui mènerait selon lui la France à la "ruine".

"Je n'ai pas peur pour moi, a déclaré M. Valls, dimanche lors d'une interview sur I-Télé/Europe 1/Le Monde. "J'ai peur pour mon pays, j'ai peur qu'il se fracasse contre le Front national", a-t-il dit, en lançant un appel à la mobilisation électorale.

"Mon angoisse, puis-je vous parler de mon angoisse, de ma peur pour le pays? C'est le FN à 30%, pas au deuxième tour, mais au premier tour des élections départementales", a-t-il expliqué.

Celui qui avait déjà décrit en septembre un FN "aux portes du pouvoir", a rappelé que la formation d'extrême droite "était déjà le premier parti de France aux élections européennes. Il peut l'être de nouveau à l'occasion des élections départementales", a-t-il prédit.

Selon plusieurs sondages publiés ces dernières semaines, le FN est au coude à coude avec l'UMP-UDI, plusieurs points devant le PS.

"Je revendique la stigmatisation de Marine Le Pen, le FN n'apporte aucune solution, ni pour les départements, ni pour le pays (...) et en plus c'est un programme qui jettera les Français les uns contre les autres", a martelé M. Valls.

"Est-ce que vous ne pensez pas qu'un Front national qui fait 25% aux élections européennes, peut-être 30% aux départementales, et ainsi de suite, ne peut pas gagner l'élection présidentielle? Pas en 2022, pas en 2029, mais en 2017", a-t-il mis en garde.

Jeudi soir, il avait dénoncé lors d'un meeting en Haute-Vienne un "endormissement généralisé" face à la montée du FN, notamment parmi les intellectuels.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan a jugé sur Radio J "extravagantes" ces déclarations et accusé le chef du gouvernement de "surjouer" le danger FN.

L'ex-ministre UMP Rachida Dati s'est dite elle aussi "très choquée" par ces propos qui risquent de "faire monter" la formation d'extrême droite.

"Vocabulaire inadapté", a taclé le président du MoDem, François Bayrou, dénonçant en particulier la "stigmatisation" de Mme Le Pen revendiquée par M. Valls. "Si vous voulez faire monter le Front national, vous faites ça: vous allez à la télévision et vous dites +je vous stigmatise+", a regretté M. Bayrou.

- 'Un peu de délire' -

Même tonalité chez Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, pour qui on ne répond pas au FN "par l'angoisse" mais plutôt par la "bataille politique".

Xavier Bertrand, candidat à la primaire UMP de 2016, a lui raillé un Premier ministre adepte de la "formule choc" plutôt que de l'action concrète.

Le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, est allé sur Europe 1 jusqu'à dénoncer une "phraséologie (...) assez fasciste" de la part de M. Valls, jugeant qu'il y avait "un peu de délire" dans de tels propos.

Interrogé par ailleurs sur le fait de savoir s'il resterait en poste en cas d'échec lors des départementales, un an après sa nomination à Matignon, Manuel Valls a répondu: "Sans aucun doute".

"Je continuerai la mission que m'a confiée le président de la République, celle de réformer le pays. Mais ça n'est pas la question que se posent les Français", a-t-il dit.

Le FN est immédiatement monté au créneau pour dire que M. Valls mettait au contraire "en jeu" son poste de Premier ministre lors des départementales.

"L?implication si prononcée et personnelle de Manuel Valls dans la campagne des départementales, au point d?en oublier ses obligations de chef du gouvernement en charge de la politique de la France, ne saurait être sans conséquence pour son avenir politique", a dénoncé le FN dans un communiqué.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
16/03/2015 à 07h34

c'est vrai l'UM & le PS ont peur pour leurs boulots et leurs résultats depuis 60 ANS !!!!

15/03/2015 à 18h41 | 1

...

11/03/2015 à 22h41

la safer n'intervient que si un agriculteur est prêt a acheter au prix donné au notaire (le propriétaire doit alors s’asseoir sur le cash ou refuse de vendre), sinon elle bloque quelques ventes, quand les vendeurs déclarent des prix trop élevés, chaque vente rentrant dans le calcul statistique des prix du foncier en corse, la safer refusent alors certaines transactions...... il suffit donc de prévoir le black nécessaire pour que tout se passe bien, les agriculteurs pouvant financer des terres étant peu nombreux.... quant "au prix normal", le prix est celui du marché, si demain on me propose un million pour un hectare, alors mon hectare vaudra un million et si ce million est proposé par un étranger, il faut être costaud financièrement pour le vendre 5000 euro a un agriculteur, fut-il du village....... difficile de vendre plus cher pour des terrains ne pouvant recevoir qu'un troupeau de chèvres et alors qu'il en faudra 25 au minimum a ce jeune...... sinon, les terrains constructibles c'est 120 euros le m²...... pas facile d'être jeune aujourd'hui....

11/03/2015 à 22h19

"quand un parisien achète un hectare agricole a 50000 euros" pour en faire quoi ? à quoi sert la safer ? "le foncier est devenu intouchable" : parce que tous les propriétaires terriens ont l'impression d'avoir une pépite, ne tien qu'à eux de revendre à qui ils veulent à un coût normal, qui est en faute ? celui qui veut spéculer sur ce dont il a hérité au mépris de ce qu'adviendra la terre de ses ancêtres ou celui qui a les moyens d'acheter ? La côte d'azur est bétonnée, sans terrains agricoles, sans terrains accessibles aux locaux non héritiers : c'est la faute des étrangers, ou de ceux qui ont vendu pour s'enrichir facilement ?

11/03/2015 à 19h16

l'@conit est trop limité intellectuellement pour comprendre que ce qui est une bouchée de pain pour certains est une fortune pour d'autres...... quand un parisien achète un hectare agricole a 50000 euros (par exemple, c'est a peine plus cher chez moi), c'est une bouchée de pain pour lui (pour le même prix il a 100m² en région parisienne) alors que c'est hors de prix pour un agriculteur qui a besoin d'un minimum de 10 hectares et de 25 hectares dés qu'il veut avoir un troupeau de brebis ou de chèvres..... c'est ce qui explique le peu de jeunes qui s'installent, le foncier est devenu intouchable, sauf a prendre la suite des parents..... 25 hectares a 50000 et un 4X4 a 25000 (minimum), ça fait 1275000 euros rien que pour le foncier et le véhicule pour se balader dessus...... c'est sur qu'une fois acheté son troupeau, avec la prime de 20 euros par tête, bonjour la grande vie sur le compte a l'@aconit.....

11/03/2015 à 17h00

"le FN passe en 2017 : les prisons vont se remplir de ministres et autres RPRUMPS ! . " Enzo pense, sans doute avec à propos, qu'une fois le FN au pouvoir celui se comportera comme Poutine, en enfermant tout opposant, c'est ça ? c'est fort possible. Après avoir son parti financé par les russes, prendre le chemin de leur politique est une suite cohérente, bien vu. Mais ne parlons pas d'éthique de la part de politiciens qui crachent sur la réalité de l'europe tout en empochant allègrement leur confortable salaire d'élu européen (surtout quand on prend son compagnon comme assistant à 5000 euros par mois). Mais je suis sûre que les nombreux agriculteurs insulaires seront heureux de sortir de l'Europe et mettre fin ainsi à leurs vaches subventions ou primes d' installation , et que les jeunes peuvent racheter pour une bouchée de pain les terres (dixit cicala).

11/03/2015 à 16h59

Les républicains donneurs de leçons sont ceux qui ont coulé notre belle république, l'abandonnant ainsi aux factions les plus radicales.

11/03/2015 à 16h23 | 2

Un ennemi drôlement fort pour faire peur à ce point aux autres partis politiques y compris notre premier ministre actuel? Mais la vraie question se pose surtout pour savoir si notre ennemi pincipal , caché parmi les islamistes barbares coupeurs de tête,et hostiles à nos valeurs fondamentales républicaines inscrites dans notre constitution, tiendront compte sérieusement de la farouche volonté des membres du FN à vouloir défendre ces valeurs, claires et nettes, non négociables. .

11/03/2015 à 16h20

il n y a pas de peuple corse vient de dire le branchu ou la morgue francaise

11/03/2015 à 15h27

... et Tapie se marre , vous censure et pleure quand ca fait Boouummm @ cicala * la la la ... ( aloha * ) ... ! . ... АФФ ИСС ...

11/03/2015 à 15h05

l'euro s'effondre et les étrangers rachètent nos terres pour une bouchée de pain (post Seum/Sad)

11/03/2015 à 15h02

Je comprends parfaitement ce que tu veux ( vous voulez ) dire @ piduchjetta * ... , ... seulement au XXI e siecle ( et avant ) , des ( " ) etres humains ( " ) gagnent des millions / milliards SANS JAMAIS , OUI OUI SANS JAMAIS avoir travailler LA TERRE qui les nourrie ( !!!!!!!!!!!!!! ) , ont cree un systeme de banques qui se gavent a outrance pour eux et leurs enfants , matraquent toutes celles *** et ceux qui sont nuls ou pas interesser en mathematique ... ! . Je pense franchement que tout doit repartir de la , bien avant les religions qui ne sont aussi [ pour moi et d ' autres laiques ] que des chansons pour se cacher de la realite ... . Seul le systeme banquaire et la speculation detruisent l ' ile de Beaute a 95 % et non les nationalistes a 5 % ( comme l ' ecrirait le - style de l ' ile - ... ! ) . Peut etre que je me trompe ! ? . ...

11/03/2015 à 13h37

"valls dit avoir peur ": mais l UMPS vient de l'aider ..et son ministre de l'intérieur va s'occuper des prochaines élections grace aux anglais !: Article EXPRESS du 4 MARS 2015: « Pour éviter que la tension ne monte encore à Calais , le Ministére de l’Intérieur a donné ordre de convaincre le maximum de migrants de DEMANDER ASILE EN France .. 80 % d’entre eux viennent de pays ( Erythrée , Soudan .. ) qui les rendent éligibles à la protection . L’avantage ? Les soustraire à l’influence des passeurs et les loger dans d’autres régions que le Nord-Pas-De-Calais . La France a aussi demandé à la Grande Bretagne de déployer des agents à Calais pour convaincre les migrants qu’ils ne soient pas les bienvenus OUTRE MANCHE. ».

11/03/2015 à 13h16

@enzo à la limite on en a rien à f.. qu'un paquet aille en prison; c'est pas le plus important, c'est pas ça qui dessine l'avenir. Je me prenais seulement à rapprocher les thèses de la préférence nationale et du rejet de l'autre venu d'ailleurs. En toute cohérence, ça s'applique dans les deux sens. On ne peut réclamer l'indépendance (ou alors ce n'est qu'une posture commode pour occulter à la fois les faiblesses et incompétences locales et des desseins pas très glorieux) et, en même temps, rester accroché aux mamelles d'un autre pays qu'on dit abhorrer en le chantant sur tous les tons, à toute occasion et autant qu'on le peut. ------------------------ Je n'ai qu'une toute relative confiance dans les personnalités trop longtemps confinées à des rôles secondaires, voire quasi insignifiants, auxquelles on lâche les rênes. les exemples n'ont pas manqué, partout et en tous temps de ces tristes personnages balancés au pouvoir par une majorité en délire et qui ont commencé (et terminé) par installer une dictature à leur profit.